L’échange des places: une des solutions pour remplacer parcoursup

Les acteurs de parcoursup sont tous dans une pensée idéologique qui va placer la volonté de donner les vœux aux meilleurs comme principal critère d’attribution. C’est un choix, une croyance, souvent même inconsciente. Or il existe une autre vision, idéologique elle aussi, qui mène à d’autres solutions, mais elle reste largement minoritaire chez les acteurs de parcoursup. Même Annabelle Allouch, quand on lui pose la question s’il existe d autres solutions qu’un concours pour attribuer les places rares, elle n’en propose pas.

Nous, on s’est toujours positionné du côté des élèves. En voulant défendre leurs intérêts et en observant les membres des commissions d’examen des vœux (CEV). Cela nous a permis de trouver des solutions différentes. Cette vision, certes militante, nous donne une autre lecture des systèmes d’attribution des places dans le supérieur. Et puisque les membres des CEV aiment les classements, dans une volonté de dialogue et parce que c’est leur mode de pensée, on a fait nous aussi un classement, des meilleures solutions aux moins bonnes. La moins bonne, c’est la méthode actuelle où les formations recrutent ce qu’elle pensent être les « meilleurs ». Nous plaçons au dessus notre solution qui donnerait plus de force au choix des élèves. Prenons un exemple:

Actuellement, les premiers résultats de parcoursup sont donnés aux « meilleurs » candidats. On a 700 000 propositions données à 400 000 candidats( il y a 700 000 candidats hors réorientation et qui vont avoir le bac). Certains ont plusieurs propositions mais ne peuvent en garder qu’une. Ils redonnent donc 300 000 propositions…. à ces même 400 00 heureux, qui sont en haut des classements. Les 300 000 restant, en gros continuent d’attendre et n’auront que les miettes des 400 000 (c’est un peu exagéré 🙄, mais cela reste la vision d’ensemble). Nous ce qu’on propose (c juste un exemple, une des possibilités, pour comprendre que l’on redonne du pouvoir aux candidats), on propose donc des redonner ces 300 000 places uniquement à ceux qui n’ont pas eu de proposition. Au lieu de faire 90 jours de parcoursup, quelques jours permettent de terminer une première phase: les 700 000 places sont données aux 700 000 candidats. Il reste des candidats sans proposition, comme avant, mais on a 300 000 candidats qui ont eu accès à des places plus rares. On a ensuite une troisième phase: l’échange de place. Chaque candidat peut échanger sa place via la plateforme avec un autre sans que la formation donne son avis. Pour déterminer qui pourra switcher quand plusieurs veulent changer en même temps on utilise le classement inversé des formations. Dans la première phase on a favorisé les « meilleurs », ici ce sont les autres. Dans cette phase on peut refaire des vœux maintenant qu’on a une place. Soit on la garde soit on l’échange. Ce sont les candidats qui décident.

Laser Jack Burton
Jack Burton

Cet exemple de solution (il y en a d autres) montre qu’on peut améliorer la satisfaction d’un très grand nombre de candidat en donnant moins de pouvoir aux formations.

Mais, revenons à notre classement. On ne va pas être binaire en se limitant à 2 niveaux seulement ( notre solution vs celle en cours). On va rajouter 2 autres niveaux: vu que dans le rapport de force entre les ministres, les formations et les candidats, au final ce sont les 2 premiers qui gagnent: on ajoute 2 niveaux dans le cas de la solution actuelle avec des stratégies de contournement:

On a 2 types de stratégies de contournement. Les soft et les hard. Certaines soft sont données ici, https://twitter.com/CdePrague/status/1483717766314172418?s=20&t=JgZstYzH22X0lkFSCwmoAg , sauf la dernière qui serait plutôt une hard car il y a de la triche dedans. Car oui des personnes trichent dans #Parcoursup. Alors, nous on ne veut pas donner un catalogue des méthodes de triche, notamment celle de rentrer dans l’interface de parcoursup, avec les même droit qu’un chef d’établissement, et changer son dossier (malheureusement et malgré les remontées c’est toujours possible!). Nous ce qu’on veut faire c’est un classement. Car même si la triche nous la combattons, pour nous elle est au dessus des méthodes actuelles, même si ce constat reste triste à nos yeux, parcoursup ça reste le far-west. Donc voici notre classement final

– l échange des places en trois phases
– les stratégies soft actuelles de contournement
-les hard
-parcoursup, apb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.